L’attention publicitaire : Une étude Google intéressante

Le reach n’est pas le seul indicateur de mesure de l’efficacité d’une campagne !

Pour mémo, le taux de reach Facebook désigne généralement la capacité d’une marque à toucher ses fans lorsqu’elle effectue une publication par un post organique, c’est à dire, sans qu’il s’agisse de publicité.

Un taux de reach de 10% signifie qu’un fan sur 10 de la marque est en capacité de voir la publication de la marque sur son fil d’actualité.

Le taux de reach organique des marques sur Facebook est forcément en baisse constante puisque les membres de Facebook ont en moyenne une augmentation progressive du nombre de leurs amis et des pages pro dont ils sont fans. Les publications potentielles à afficher sont donc de plus en plus nombreuses et Facebook les filtre à l’aide de son algorithme.

Mais voilà que des études récentes signées Nielsen et Ipsos montrent que l’attention diffère selon les types d’écran. Qu’il ne s’agit plus de mesurer la seule exposition mais aussi bien prendre en compte comment l’internaute remarque l’annonce, la regarde et l’écoute.

Il semblerait que :

  • 55% du temps publicitaire à la télévision n’arrive pas à capter l’attention des téléspectateurs, en particulier du fait que 26% des téléspectateurs font d’autres choses en même temps, 15% avancent pour ne pas voir la pub et 14% zappent.
  • Les publicités vidéo sur YouTube retiennent 1,8 fois plus l’attention que sur d’autres réseaux sociaux.

Je vous laisse consulter cette étude, mais l’idée que le seul taux de reach ou même le nombre de vues ne sont pas des KPI fiables pour mesurer la réussite d’une campagne publicitaire. Il semble que la capacité de mémorisation liée à l’attention du spectateur soit tout aussi importante à mesurer…

 

—-

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *